play_arrow
DE 05:00 à 10:00
09:39
TitoM, Yuppe, Burna Boy Tshwala Bam remix (feat....
09:35
Robin Schulz Smash my heart
09:33
Sia Immortal Queen (radio edit)
09:31
Heiva ft.Fabyan Sentimientos
09:27
J Balvin Polvo de tu vida
09:23
MARY J BLIGE NO MORE DRAMA

A.A SARL



Fin 2021 : période de la création officielle de la A.A. SARL, projet solo du chanteur du Amarula Café Club, Arnaud Andrianony. Définie par ce dernier comme « un espace créé afin de pouvoir sʼexprimer en son âme et conscience », la SARL fait office de cahier de dessin, tant les mots sʼy traduisent en images. Des scènes quasi filmesques, évoquant des ambiances et des couleurs sans cesse ravivées par dʼinnombrables rimes croisées qui résonnent entre elles. Ces images prennent également vie au travers de productions aussi franches que vaporeuses, arpentées par une voix grave et profonde. Enfin, impossible de ne pas aborder lʼesthétique rétro qui vient teinter les production dʼune envoutante nostalgie, symbole dʼune conviction profonde selon laquelle explorer son passé permet de sʼaccepter au présent. Cette nostalgie, à cheval entre lʼautodérision et le spleen le plus pur se déverse dans une sorte dʼégo-spleen, forme mêlant le jeu de lʼégo-trip à la mélancolie du réel. Bien que résolument pop, la SARL flirte donc avec le rap dans son écriture, tout en empruntant largement aux cultures Lo-fi et bedroom-pop dont King Krule, Gus Dapperton, King Princess sont les dignes représentants. La pop retro-futuriste de Blood Orange, Steve Lacy ou Kali Uchis nʼétant certes jamais loin, cʼest dans ses influences francophones que la SARL puise le plus largement, allant dʼOdezenne à Muddy Monk en passant par les inévitables frères de la Piscine, Makala et Varnish. Ces éléments se retrouvent dans les 3 premiers morceaux officiels de la SARL « Les Morts ne sont pas Morts », « Fumigène » et « Machine à pluie », triptyque audio-visuel réalisé par Marge Vigneau qui fait office de présentation du projet. On y retrouve une esthétique télévisuelle faisant référence aux 80ʼs, sur des morceaux jonglant entre ces influences rétro et des sonorités actuelles. Et cʼest bien là que le projet parle le mieux, dans lʼamour du mélange des genres, des temps, des clins dʼoeil parfois cachées au sein de textes volontairement sujets à interprétation. Cette volonté de trouver le bon dosage entre ces influence renvoie à la nature composite du projet, qui sʼobserve à la lecture même de son nom. Si « A.A. » sont des initiales, « SARL » fait référence aux multiples facettes de sa personnalité qui interagissent entre elles lorsquʼon écrit et compose, rappelant presque le fonctionnement dʼune entreprise. Une notion presque aux antipodes de celle dʼartiste. Cʼest encore une fois entre ces deux pôles et toutes leurs nuances que navigue la SARL, entité à la fois uni et pluri personnelle dont la musique riche en influences pourrait se définir en 3 mots : imagée, rétro et théâtrale

  • 25/11/2022
  •       Partager :